October 10, 2019

February 16, 2018

Please reload

Posts Récents

Le yoga, c'est quoi ?

December 12, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Flash #2 - Tim Feldmann / Se blesser au yoga

24/04/2018

J'aime beaucoup Tim Feldmann. C'est un pratiquant d'Ashtanga yoga qui a fondé le Miami Life Center avec sa femme, Kino McGregor. 

 

Source

 

Je l'aime pour deux raisons. 

 

D'abord, une douceur incroyable se dégage de lui. Il parle posément, il n'est pas véhément. Il ne cherche pas à vous convaincre de quoique ce soit, et il est drôle. De plus, sur son site, il y a cette citation de JJ Rousseau : "What wisdom can you find that is greater than kindness?". Je la trouve classe.

 

Ensuite, son accent est très compréhensible. Je comprends lorsqu'il parle, ce qui est un plus.

 

Dans l'émission Ashtanga Dispatch, Tim dit qu'il lui est arrivé plusieurs fois de rencontrer des élèves qui s'étaient blessés dans leur pratique, et qui étaient embarrassés de cela. Comme s'il y avait une certaine honte à se blesser en pratiquant du yoga, cette discipline largement mise en avant pour la bienveillance qu'elle permet de cultiver, notamment à son égard (savoir s'écouter, ne pas forcer).

 

Tim considère que cette honte n'est pas justifiée. Il rappelle que le yoga repose sur une pratique physique exigeante (en ce qui concerne les postures, car le yoga va bien au-delà de cette seule dimension physique). Le corps est sollicité d'une multitude de façons, aussi bien en souplesse qu'en force. Ainsi Tim rappelle que, comme dans toutes pratiques physiques exigeantes, il est normal de se blesser. C'est presque inévitable. Et cela fait partie du processus d'apprentissage. 

 

 

EN CONCLUSION

 

Aujourd'hui, le yoga est vu comme le remède aux maux de dos, au stress, à la dépression. Le yoga est vendu comme un miracle mais il faut être prudent et, selon moi, replacer les choses en perspective. Le yoga repose (entre autres) sur une pratique physique, c'est à dire une pratique qui utilise le corps. Il est donc normal de se blesser, a fortiori si l'on pratique quotidiennement. Et il n'y a pas à se blâmer de cela. On peut faire de son mieux, être vigilant, tenter de s'écouter, de prendre soin de soi, et se blesser quand même. C'est aussi de cette façon que l'on apprend. 

 

Personnellement, je pratique 6 jours sur 7 et il m'arrive d'être incommodée certains jours par une inflammation au niveau de l'épaule, un étirement trop profond sur les ischio-jambiers, une douleur aux poignets. Je prends note, et j'adapte ma pratique en fonction. Ca ne fait pas de moi une mauvaise pratiquante pour autant, simplement une pratiquante qui apprend, encore et toujours. 

 

Voilà. 

 

Si vous voulez écouter cette interview, vous pouvez la retrouver ici ;)

 

 

Partager
Twiiter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square